Jorge Lozano participa en el Colloque “Nudges” 2019 : De la manipulation à l’incitation – Inflexion des comportements et politiques publiques

Présentation

Ce colloque a reçu le label et le soutien officiel de la Fédération Romane de Sémiotique[1], qui a décidé d’organiser sa prochaine Assemblée Générale à Limoges, pendant le colloque, et d’inciter les équipes qu’elle fédère à apporter leur contribution scientifique à cette manifestation.

Il est organisé, sous la responsabilité de Jacques Fontanille, par le Centre de Recherches Sémiotiques de l’université de Limoges, équipe membre de la Fédération Romane de Sémiotique.

Il se tiendra sous la Présidence d’Honneur de Paolo Fabbri, Professeur de sémiotique, Directeur du Centro Internazionale Umberto Eco di Scienze Semiotiche (CiSS) de l’Université Carlo Bo à Urbino.

Comité d’honneur :

Denis Bertrand, Paolo Fabbri, Jorge Lozano, Oscar Quezada Machiavello

Comité d’organisation :

Isabelle Klock-Fontanille, Anne Krupicka, Cécile McLaughlin, Jacques Fontanille, Céline Chrétien, Julie Lairesse, Alexandre Sbabo, Bruno Guiatin, Alix Ngoma, Manale Lahmar, Valentin Moulin.

Les partenaires du projet

La responsabilité scientifique de ce colloque est assurée par :

Le Centre de Recherches Sémiotiques (CeReS, Université de Limoges)

Le Centre de Recherche en Gestion (CEREGE, Université de Poitiers)

Avec le soutien des équipes suivantes, membres de la Fédération Romane de Sémiotique : LHE (Paris 8, Vincennes-Saint-Denis), CISS (Centre Umberto Eco, Urbino), ICAR (Lyon 2, Louis Lumière), MICA (Bordeaux Montaigne) ; SES (Puebla, UAP), Comunicación y Cultura (Lima).

En partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine (AAP « Nudges et objectifs de développement durable »)

Le CEREGE et le CeReS sont engagés dans un programme de recherches portant sur les nudges, financé par la Région Nouvelle-Aquitaine, et commun aux deux Universités de Poitiers et Limoges. Dans ce programme, est prévue l’organisation de deux colloques, le premier en 2019, consacré aux politiques publiques et à la structuration conceptuelle des problématiques de « manipulation et d’incitation », à Limoges et à l’initiative du CeReS et de la Fédération Romane de Sémiotique, et le second, en 2021, consacré aux résultats des études de terrain et de la dimension « développement durable » du programme AAP, à Poitiers, à l’initiative du CEREGE.

Le colloque de 2019 (en octobre) à Limoges, intitulé « De la manipulation à l’incitation. Inflexions des comportements et politiques publiques », regroupera des spécialistes de sémiotique, des sciences politiques, et des sciences cognitives et des sciences de gestion. Il s’adressera notamment à tous ceux qui, dans les structures de l’Etat, les administrations et les collectivités territoriales, ont à concevoir et à conduire des politiques d’incitation et de modification des comportements.

Le problème à traiter

En matière de politiques publiques, ce ne sont ni les bonnes idées ni la force des arguments qui font défaut, mais la capacité à infléchir durablement les comportements, à comprendre comment et pourquoi ils apparaissent ou disparaissent, pourquoi ils perdurent ou changent. L’information est disponible, voire largement diffusée, mais les comportements apparemment non rationnels (dans les domaines de l’alimentation, de la santé, des addictions, des transports, etc.) ne disparaissent pas. L’analyse la plus répandue consiste alors à considérer que la transition entre les informations disponibles et les décisions prises est affectée de divers biais cognitifs, sociaux et culturels.

La solution des nudges

La solution actuellement la plus connue est d’abord venue des sciences économiques et de gestion : il s’agit des « nudges », ces « coups de pouce » qui incitent à prendre les meilleures décisions.

Richard Thaler, l’économiste (prix Nobel) qui a porté la solution du nudge depuis plusieurs décennies, propose d’influencer en douceur les consommateurs, en les aidant à réaliser leurs objectifs ou leurs attentes. Pour R. Thaler et C. Sunstein, il s’agit « d’une version relativement modérée, souple et non envahissante du paternalisme, qui n’interdit rien et ne restreint les options de personne. Une approche philosophique de la gouvernance, publique ou privée, qui vise à aider les hommes à prendre des décisions qui améliorent leur vie sans attenter à la liberté des autres »[2]. Les sciences cognitives ont alors pris le relais, en faisant l’inventaire des « biais » qui produisent ces décisions « irrationnelles ». On évoque notamment des raccourcis mentaux et des pressions et normes sociales. Au titre des pressions sociales, par exemple, David Cameron a mis en place une équipe intitulée « Nudge Unit » en 2010, en Grande-Bretagne, qui a conçu un dispositif pour améliorer la collecte des impôts : les contribuables retardataires étaient systématiquement avertis quand leurs voisins avaient payé leurs impôts.

Eléments de discussion

La théorie des nudges, dès ses débuts il y a cinquante ans, affiche ostensiblement ses fondements idéologiques : l’insistance systématique sur le fait que le nudge n’affecte pas la liberté de choix de l’individu, ne compromet pas son libre-arbitre, et ne vise qu’à renforcer ce qu’il désire, montre bien que l’utilisation du nudge en matière de politiques publiques participe d’un libéralisme maximaliste, celui qui n’admet aucune contrainte ou limite imposée à la libre volonté de l’individu. Cette orientation idéologique évite par ailleurs de poser la question de la justification des inflexions et incitations publiques, en présupposant que tous les citoyens veulent librement ce que la puissance publique souhaite par ailleurs.

Pourtant, l’approche sémiotique (et non idéologique) montre bien que la liberté du vouloir-faire, du pouvoir-faire ou du savoir-faire consiste aussi à refuser, résister et s’opposer aux souhaits et injonctions de la puissance publique. Il est évident que les questions modales (le vouloir, le pouvoir, le devoir, le savoir et le croire) seront au cœur de l’interrogation de cette catégorie graduable que nous intitulons « De la manipulation à l’incitation ».

Ensuite, pour rendre compte du fonctionnement des nudges, les sciences cognitives se réfèrent en général à l’architecture des choix qui guide la décision individuelle. Néanmoins, d’autres courants des sciences cognitives avancent plus prudemment. Daniel Kahneman, autre économiste, autre Prix Nobel, distingue deux niveaux et deux vitesses de la pensée et de la décision : le circuit court (les « raccourcis mentaux ») est rapide, car il exploite les émotions et l’« instinct » (pour éviter les implications problématiques de la notion d’« instinct », mieux vaudrait ici parler d’impulsions) ; le circuit long est plus lent, car il emprunte les voies de l’analyse et de la réflexion. On peut rappeler ici le rôle que Claude Zilberberg attribuait au tempo dans la formation même des configurations sémiotiques. Mais le tempo entraîne également, au sein même de ces configurations, des affects et des émotions : on ne sait plus très bien où situer l’action des nudges, entre impulsion, émotion et décision. Daniel Kahneman a notamment montré, avec sa théorie des perspectives, que l’appréciation des gains et des pertes est dissymétrique, en raison du poids respectif des affects qui portent sur les uns et les autres. « Décision » est le nom de la pratique telle qu’on l’observe de l’extérieur, mais ce nom dit peu de choses de la composition sémiotique du processus qui y conduit, du point de vue de l’acteur social.

L’état des lieux en sémiotique

La sémiotique de l’action s’est dotée à la fin des années soixante-dix d’une « théorie de la manipulation », qui était supposée exploiter la première phase de la séquence narrative canonique, et déboucher sur une sémiotique des passions[3]. Cette ébauche, reprise succinctement dans Sémiotique 1[4], a finalement eu peu d’écho, car la sémiotique des passions, élaborée au cours des années quatre-vingt, a pris d’autres directions, et fait peu de cas du rôle des émotions et des passions dans les interactions du type « manipulations ». Le concept de « manipulation », entendu au sens générique de modalités du « faire faire », était pourtant suffisamment extensif pour faire place à des typologies précises et opératoires.

Il faut attendre une vingtaine d’années pour que, dans les développements d’une sociosémiotique dont les recherches sont fondées sur l’analyse des interactions sociales, et inspirées notamment par les travaux d’Eric Landowski, on retrouve de possibles articulations entre la manipulation et toutes ses variétés, les émotions, les passions et les régimes de signification. En ce sens, on pourrait également considérer que la plupart des recherches de Paolo Fabbri, depuis près de quarante ans, et même si leur intitulé ne l’indique pas directement, sont des contributions à une sémiotique de la manipulation qui ne dirait pas ostensiblement son nom.

La question des nudges est donc une opportunité théorique et méthodologique, pour relancer une recherche collective et internationale en prolongement de la théorie de la manipulation, pour faire un état des acquis et des apports les plus récents, pour identifier et circonscrire des solutions alternatives. On examinera notamment la possibilité de faire porter l’incitation et l’inflexion des comportements directement sur les interactions entre les acteurs et leur environnement, que ce soit en termes du guidage du flux de l’attention, ou en termes de « confort » ou d’« inconfort » des voies alternatives des comportements. Explorer systématiquement les différents régimes sémiotiques de l’influence. Intégrer les interactions acteurs/milieux, qui s’apparenteraient à une « factitivité » écologique. Examiner les solutions retenues, disponibles et possibles pour quelques politiques publiques concrètes. Etudier les aspects sémiotiques des propositions formulées par les sciences économiques, politiques et cognitives. Ce sont quelques-uns des enjeux de ce colloque.

Jacques Fontanille

Octobre-2019-3

Programme

Mercredi 16 Octobre

9h Accueil
10h Allocution d’ouverture de Gérard Blanchard, Vice-Président de la Région Nouvelle Aquitaine
10h15 Présentation du colloque par Jacques Fontanille

Inflexions douces

10h30
Paolo FABBRI (Université d’Urbino)

La « poussée gentille » : tactiques obliques pour « faire faire » le « ne pas faire »

11h
Denis BERTRAND (Université Vincennes-Saint-Denis)

Praxis énonciative, habitude et résistance au changement

11h30
Didier TSALA-EFFA et Lucile BERTHOME (CeReS, Limoges)

Détours, retardements, échecs, incertitudes du jeu Terra Aventura : la gamification géolocalisée comme forme d’incitation au bénéfice d’un territoire

12h Discussion
13h Déjeuner sur place

Pressions sociales

14h15
Oscar QUEZADA MACHIAVELLO (Universidad de Lima)

Interdépendances de l’université : enchevêtrements et désenchevêtrements

14h45
Juan ALONSO et Mehrvi Fazal (Philépol, Paris Diderot)

« Je vais lui faire une offre qu’il ne pourra pas refuser ». Du hard power au soft power

15h15
Nedret OZTOKAT KILICERI (Université d’Istanbul, Groupe SémiotIST)

Du faire discursif politique au comportement civil : nudges et effets

15h45 Discussion
Pause

Tactiques et instruments

16h15
Marion COLAS-BLAISE (Université du Luxembourg)

Vers une politique du nudge : l’instrument au service de l’incitation

16h45
Jorge LOZANO (Université Complutense de Madrid)

Je sais que c’est faux, mais je le crois. Transformations modales du croire

17h15
17h45 Discussion
19h Réception à la Mairie de Limoges

Jeudi 17 Octobre

Régulations collectives

9h
Anne BEYAERT-GESLIN (MICA, Université Montaigne, Bordeaux)

Mobilités urbaines : quelques manipulations du « vivre ensemble »

9h30
Isabella PEZZINI (Lars – Laboratoire Romain de Sémiotique)

Communication non conventionnelle et nudging en contexte urbain

10h
Jean-Marie KLINKENBERG (Université de Liège)

L’incitation douce dans la mise en œuvre des politiques linguistiques. Le cas des « usages non sexistes »

10h30
Fiona OTTAVIANNI (EM Grenoble)

Transformations de l’action publique et dynamiques institutionnelles : quels changements dans les comportements ?

11h Discussion
Pause
11h45 Table-ronde des élus de Limoges-Métropole
13h Déjeuner sur place

Réviser la théorie de la manipulation

14h15
Anouar BEN MSILA (LTD – Langages,Textes, Discours – Université de Meknès)

Le nudging, un processus sémiotique spécifique

14h45
Valeria DE LUCA (CeReS, Limoges)

Qui gardera les gardiens ? Manipulation, affect et transparence : quelques éléments sémiotiques pour une évaluation critique des nudges

15h15
Hamid Reza SHAIRI ( Modares,Téhéran)

Quand la sanction manipulatoire et les instances de manipulation influencent le cours du comportement économique de la société iranienne

15h45 Discussion
Pause

Terrains, milieux et collectifs

16h30
Anne KRUPICKA et Cécile McLAUGHLIN (CEREGE Poitiers et CeReS Limoges)

Goûtons aux nudges : contre le gaspillage alimentaire

17h
Jacques FONTANILLE et Julie LAIRESSE (CeReS, Limoges)

Les nudges et le contrôle sémiotique du milieu et du collectif : de l’influence socio-environnementale dans l’inflexion des comportements collectifs

17h30 Discussion
17h45 Assemblée Générale de la Fédération Romane de Sémiotique
20h Dîner du colloque

Vendredi 18 Octobre

Affects, passions et incitations sensibles

9h
Angelo DI CATERINO (CeReS, Limoges)

Nouvelles formes du faire croire : le rôle de la théorie des nudges et des passions dans les fake-news

9h30
Evangelos KOURDIS et Loukia KOSTOPOULOU (Université Aristote de Thessaloniki, AUTH SemioLab) 

Les campagnes médiatiques sur la crise économique grecque comme moyen d’inflexion des comportements de la population européenne

10h
Tiziana MIGLIORE (Université d’Urbino)

Les nudges ou la manipulation du sensible : les Îles de plastique

10h30 Discussion
Pause
11h15
Camille ALLOING et Julien PIERRE (CEREGE, Poitiers)

Des nudges ou des affordances ? Les affects pour observer ce qui fait agir

11h45
Pierluigi BASSO FOSSALI

Des index aux pouces. La rationalité liquide

12h15 Discussion
12h30
Alessandro ZINNA

Synthèse et conclusions

13h Déjeuner sur place

Esta entrada fue publicada en Cursos y seminarios, Historia del presente, Intervenciones, Noticias, Últimas noticias. Guarda el enlace permanente.